Note de ce sujet :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Cherche photographes pour atelier à Toulouse
#1
Salut tout le monde !

Y a-t-il des photographes toulousains expérimentés dans la salle pour tenter de convaincre des photographes pros à essayer Darktable ?

Je bosse dans un espace de bureaux partagés (pas un "coworking", juste un endroit dont on se partage le loyer), et j'ai plusieurs collègues photographes qui  avouent être engluées (et être emmerdées de l'être) dans l'univers Mac + suite Abobe. Je leur ai fait suivre des infos sur Darktable et Rawtherapee, mais moi-même je ne suis pas photographe (je suis dév), donc je ne peux pas vraiment leur en parler et encore moins les rassurer quant à l'abandon de Lightroom. Par conséquent je doute qu'elles aient installé DT voire lu mon mail en entier…  Je sais très bien que dans tous les cas, un changement d'outil ne se fait pas du jour au lendemain.

Pour ces raisons, j'aimerais énormément organiser un apéro photo libre dans notre atelier, une rencontre entre vous et elles (et j'espère leurs contacts). J'aimerais que cette rencontre soit pour elles la naissance d'un intérêt et le point de départ d'un travail de fond d'apprentissage de DT (et de passage à d' autres logiciels libres).

Il faudrait que je trouve au moins une personne qui connaisse et Lightroom et DT/RT et qui soit prête à faire une petite présentation. Ensuite ce serait bienvenue à tout le monde. Chacun.e pourrait avoir un temps pour présenter sa manière de travailler (et son travail, vu que ce sera l'occasion de nouer des contacts. D'ailleurs si vous êtes photographes vous les connaissez sûrement!).

Alors qu'est-ce que ça vous inspire ?

À bientôt j'espère :Smile merci
Répondre
#2
Ce que ça m'inspire, c'est que s'ils n'ont déjà pas le temps et/ou le courage de lire un email et de tester par eux-mêmes un logiciel qu'on peut installer librement sur les 3 OS, ils ne sont pas mûrs pour le changement de logiciel. Personnellement, je trouve que vouloir trop aider les gens n'est pas leur rendre service : tu mets les ressources à leur disposition, mais ça ne sert à rien de pousser le prosélytisme parce que si tu arrives à les convaincre, il y a toutes les chances pour qu'ils viennent ensuite te demander de régler leurs problèmes avec dt. À la quantité de documentation et de tutos disponibles, tout ce qu'il faut c'est du courage.

« j'ai plusieurs collègues photographes qui avouent être engluées (et être emmerdées de l'être) dans l'univers Mac + suite Abobe »

Identifier le problème, c'est un bon début. Mais de la façon dont tu en parles, ça m'a plus l'air des gens qui veulent se plaindre pour avoir des trucs à raconter à la machine à café que trouver des solutions à leurs problèmes.

Faire une démo pour vendre ton produit, c'est bien quand tu… vends ton produit. Ici, tu vas juste te créer des problèmes parce que le besoin de solution n'est pas exprimé par les intéressés. (Se plaindre du problème n'est pas exprimer le besoin d'une solution, c'est exprimer un besoin d'être écouté).

Avant d'aller plus loin, demande leur quels sont leurs problèmes et quelles sont leurs attentes par rapport à ces problèmes. Je te parie ton poids en nougat qu'ils veulent un clone de LR gratuit. Et si tu les amènes à DT dans cet état d'esprit, ça va râler.

Mon credo dans la vie, c'est que j'aide ceux qui sont prêts à se remonter les manches, mais je vais pas faire leur boulot à leur place (sauf pour 20$/h + taxes).
Aurélien, photographe portraitiste à Montréal
Utilisateur darktable depuis 2010. Tutos sur darktable.fr.
Génie mécanique, calcul et modélisation. Maths pour le traitement d'images.
Ubuntu 18.04 | darktable git/master | Nikon FM, D5300, D810.
Répondre
#3
mmh tu te touches un truc, je me reconnais moi (dans le gars qui veut faire à leur place), mais pas elles. Elles ne se plaignent pas, elles sont constructives sur d'autres choses. L'une installe linux sur une tour (en espérant y mettre un mac à la place…), l'autre se crée un compte Diaspora. Elle le fait parce que je lui en ai parlé, face à face, et qu'un jour en passant on a créé le compte ensemble. Elle aurait bien plus tardé à le faire si je n'avais pas été un contact humain.

Je crois que c'est ça le truc fondamental qui manque, un contact humain pour entendre parler de son expérience avec autre chose que Lightroom. À mon avis c'est l'étincelle qui peut leur faire envisager autre chose. Donc je devrais peut être juste inviter qui veut à passer à notre atelier prendre l'apéro. Un atelier pourrait venir après.

J'ai aussi choisi de vous demander sans avoir de demande précise de leur part, car j'ai le sentiment qu'il faut juste créer cette rencontre pour commencer. Sinon, elles sont comme tout le monde la tête dans le guidon, et cette affaire traîne.


---
TLDR;

> le besoin de solution n'est pas exprimé par les intéressés

je pense que c'est pire, comme tout un chacun qui ne connaît rien aux logiciels libres, on n'imagine même pas qu'il peut y avoir une solution. Or, un contact humain, plus que des trucs en ligne, peut faire démarrer la démarche active.
Répondre
#4
Ok, il se peut aussi qu'elles aient besoin d'une preuve de concept. En attendant, on peut toujours commencer par des vidéos.

Mais il faudrait aussi évaluer leur motivation à changer leurs habitudes, parce que, encore une fois, la dame qui installe Linux en pensant avoir un clone de Mac, elle risque de ne pas aimer son expérience.
Aurélien, photographe portraitiste à Montréal
Utilisateur darktable depuis 2010. Tutos sur darktable.fr.
Génie mécanique, calcul et modélisation. Maths pour le traitement d'images.
Ubuntu 18.04 | darktable git/master | Nikon FM, D5300, D810.
Répondre


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)