darktable 3.8, nouveau module : diffusion ou netteté

La diffusion est un procédé physique par lequel des particules se répandent dans leur environnement, en équilibrant leur concentration dans l’espace. Elle affecte aussi la lumière qui traverse un milieu matériel transparent (air humide, verre de lentille). Ses équations sont bien connues et les résoudre permet de simuler ou de retirer des flous naturels dans une image. C’est ce que permet de faire le nouveau module diffusion ou netteté, de façon réversible. Au programme : suppression de voile atmosphérique, défloutage d’objectif, contraste local, débruitage, flou de surface, effet Orton, effets aquarelle et reconstruction de hautes lumières.

La démonstration (en anglais) :

La documentation (en anglais).

Aurélien PIERRE

Photographe portraitiste à Nancy-Metz. Spécialiste en calcul, modélisation et simulation numérique pour le traitement d'image (débruitage, défloutage, gestion de la couleur) et le génie thermique. Développeur de filmique, égaliseur de ton, balance couleur, du focus-peaking, etc. Utilisateur de darktable depuis 2010. darktable est mon métier, pensez à m'aider à le développer.

9 thoughts to “darktable 3.8, nouveau module : diffusion ou netteté”

  1. Bonjour,

    J’admire votre niveau de connaissance scientifique sur tout ce qui touche à la lumière et à la couleur.
    J’utilise avec plaisir certains modules que vous avez développé et je vous en remercie.

    Mais force est de constater que l’interface de ce module présente surtout la configuration technique de vos algorithmes plutôt que quelque chose qui parle à un photographe.

    Je connais votre point de vue sur le sujet et je sais qu’il est difficile de proposer une interface simple quand la problématique sous-jacente est complexe mais je pense qu’un logiciel comme Darktable devrait avoir une interface accessible au plus grand nombre ce qui je pense n’est pas le cas ici.
    Les presets sont un bon début mais une interface simplifiée à l’image de ce qui est fait dans le module de traitement du bruit serait à mon avis un vrai atout pour votre module.

    Bonne continuation.

    1. Certes, et une fois ce constat, comment le faire ? Croyez-vous que ce soit si simple. Tout n’est pas facilement vulgarisable et simplifiable sans perdre en précision ou sans masquer des infos, etc. Bref, en général les logiciels de traitement photo ou vidéo plus faciles masquent des infos et réglages. Et donc font des choix de traitement sur lesquels l’utilisateur n’a pas la main.

      On ne peut pas tout avoir. Le positionnement de darktable est d’abord sur la puissance et possibilité de traitement en ne cachant rien. Ensuite, si en plus ça peut être présenté simplement ok, mais quand c’est possible.

    2. Bonjour,

      je ne sais pas ce qu’est « un photographe ». Il y a en plein de versions différentes, et chacune d’entre elles est convaincue d’être l’épitomé de la représentativité statistique du « photographe moyen ». C’est à dire que chaque photographe est convaincu d’être plus normal et d’avoir des besoins plus important que ses collègues.

      Je sais que c’est un module technique et c’est écrit dessus. Je ne sais pas ce qu’est une interface simplifiée. Je ne sais pas comment simplifier un solveur d’équations différentielles aux dérivées partielles anisotropique multi-échelles régularisées par variance. Je ne sais vraiment pas.

      Reste que ce type d’outil permet d’atteindre des résultats impossible avec les outils classiques. Donc ça a un intérêt. Et comme c’est un module optionnel, rien n’est imposé.

      Donc en l’absence de conseil spécifiques et applicables sur le mode opératoire, il n’y aura pas de « simplification » du module. Simplifier ne veut rien dire. Tout le monde aime la simplicité. Sauf que parfois c’est juste pas possible.

      1. En fait je m’attendais à ce genre de réponse. 😉

        Quand vous dites que vous ne savez pas simplifiez “un solveur d’équations différentielles aux dérivées partielles anisotropique multi-échelles régularisées par variance”, dites-vous bien que 99% des photographes ne sauront pas ce qu’est “un solveur d’équations différentielles aux dérivées partielles anisotropique multi-échelles régularisées par variance”.
        Et heureusement ce n’est pas un prérequis pour faire une belle photo!

        Je sais que dans le monde de l’open source les développeurs travaillent avant tout à faire quelque chose qui leur plait mais en tant que développeur logiciel également j’attache aussi une grande importance à ce que mon travail puissent être compris par le plus grand nombre. A chacun son point de vue…

        1. Ça n’est pas une question de point de vue.

          J’ai un truc qui fait de la physique de BAC+3 en interne, comment je traduis ça en langage courant ?

          J’ai essayé dans la documentation, ça fait des phrases de 4 km qui ne simplifient pas vraiment l’explication, parce que pour éviter le vocabulaire technique concis, je dois user de circonlocutions et de périphrases interminables. C’est long, c’est lourd, est-ce que c’est plus clair ? Pas sûr.

          Les belles paroles, les vœux pieux et les intentions louables ne serviront à rien ici. Dites moi comment je peux faire concrètement ou ne dites rien du tout. Je suis un technicien, pas un politicien, les grandes prospectives ne sont pas ma préoccupation et la seule chose qui m’intéresse, c’est comment on fait. On aime tous la simplicité, mais la réalité est complexe et pas toujours simplifiable. C’est pour ça qu’il y a des gens qui font 5 à 12 ans d’études.

          L’alternative, c’est d’éviter d’utiliser l’outil.

          Je suppose qu’on peut faire la même remarque à propos de tous les outils du photographe. Je parie qu’il y a 30 ans, « un photographe » ne savait pas ce qu’était le JPEG, une carte SD ou un format 8 bits. Il a bien fallu qu’il apprenne… Toutes les disciplines se compliquent avec le temps parce qu’on cherche à aller plus loin, et on n’a pas le choix de se mettre à niveau des outils qui permettent d’accomplir cet objectif. Ou d’abandonner l’objectif et de se contenter de se qu’on a.

        2. Bonjour

          Je laisse les développeurs répondre à certains propos pouvant être considérés comme désobligeant.

          Je suis utilisateur de darktable depuis plusieurs années et l’interface ne me gêne pas.
          Certes, d’une part l’habitude, d’autre part le fait d’avoir réalisé des tutoriels et de faire des présentations de dt, est un facteur facilitant.
          Mais je ne suis pas opposé à une réflexion sur l’amélioration de l’interface.
          Puisque vous êtes développeur, il ne doit pas vous être compliqué de nous proposer une (des) maquette(s) d’interface simplifiée.
          Cela permettrait une discussion/réflexion sur le sujet à partir d’élément(s) concrets.

          1. Je n’ai pas voulu intervenir sur le sujet. Pour ce qui concerne l’interface, il y a le panneau d’accès rapide qui permet à tout un chacun de le construire à sa convenance ainsi que les préréglages des onglets qui permet de construire plusieurs interfaces plus ou moins étoffées. AMHA

  2. Polémique récurrente et inutile. Le traitement des fichiers bruts peut s’effectuer avec des outils simples aux interfaces limitées. C’est un choix respectable, réalisé le plus souvent avec d’autres outils que DT, desquels on peut se soustraire aussi en travaillant, aussi, directement en JPEG. Pour entrer dans DT il est nécessaire, avec la pédagogie à disposition, de maîtriser au minimum les notions de base sur la façon nos appareils récupèrent l’information et sur ce qu’est une couleur. Ce travail effectué l’interface se simplifie même si il est utile de savoir élaguer un peu dans ce qui, suite aux évolutions, pourrait apparaître obsolète. Pour ma part, ni super photographe, ni super matheux et encore moins codeur, j’apprécie la finesse grandissante des réglages proposés à condition d’en comprendre le fond. Et dans ces conditions je repense à la blague des Guignols de l’Info sur le piano à une touche de la poupée de David Guetta. Pour jouer de la musique il faut apprendre un peu de solfège.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.