darktable 3.4 expliqué à ma femme : retouche beauté

On présente ici quelques nouveautés de darktable 3.4 qui sortira le 24 décembre 2020, à travers une retouche beauté, de, par et avec ma femme, qui sait quel résultat elle vise sans forcément savoir comment y arriver.

Au programme : détourage de cheveux, masquage avancé, gradation des couleurs, retouche de peau par séparation de fréquence, prise en main de la calibration des couleurs, dans les workflows “relatif à la scène” et “adaptation chromatique moderne”.

darktable est ici utilisé sous Windows 10, enregistré en simultaré par OBS studio, sur un laptop Thinkpad T470, donc pas une bête de course.

Retrouver Minh-Ly : https://minh-ly.com

Aurélien PIERRE

Photographe portraitiste à Nancy-Metz. Spécialiste en calcul, modélisation et simulation numérique pour le traitement d'image (débruitage, défloutage, gestion de la couleur) et le génie thermique. Développeur de filmique, égaliseur de ton, balance couleur, du focus-peaking, etc. Utilisateur de darktable depuis 2010. darktable est mon métier, pensez à m'aider à le développer.

4 thoughts to “darktable 3.4 expliqué à ma femme : retouche beauté”

  1. C’est très intéressant d’avoir une personne « candide » avec vous, ça rends les explications un peu plus compréhensibles.
    Par contre j’ai bloqué au moment où vous avez expliqué que la balance des blanc ne fonctionnait pas sur la totalité des tons de l’image. Il ne me semble pas que ce soit le cas dans les applications de retouche photo en général ?
    Est-ce que c’est une vérité propre à Darktable ?

    1. La balance des blancs « naïve » est appliquée sur toutes les couleurs de l’image, mais elle est prévue pour être précise uniquement sur les couleurs neutres. Sur les couleurs saturées, elle est peu précise et le résultat est au petit bonheur la chance. La raison est que cette balance des blancs est appliquée dans l’espace RGB capteur, qui n’a aucun lien avec la vision humaine.

      L’adaptation chromatique, c’est une balance des blancs naïve mais appliquée dans un espace de couleur spécial, qui a été construit pour ça : la CAT (chromatic adaptation transform). Elle est plus précise sur les couleurs saturées, et comparable sur les couleurs neutres.

      Le point important ici est qu’une adaptation chromatique simule la scène vue sous un illuminant différent. Pour simuler, on a besoin d’un modèle prédictif. La CAT nous fournit ce modèle.

      À ma connaissance, tous les logiciels sauf Capture One semblent effectuer une balance naïve dans l’espace capteur.

      1. Merci pour ces précisions.
        Je pensais que la balance des blancs était quelque chose de “fiable” quelque soit l’application. Je vais comparer sur une image pour voir de près tout ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.