[FR] darktable 3.0 pour les nuls (4-5 modules)

Aurélien PIERRE Photo présente une méthode simple en 3 modules pour traiter une photo largement sous exposée en contre-jour, il aborde aussi l’égaliseur de ton.

Bonne découverte avec le développeur principal de ce nouveau flux de travail.

jpg

Localisation : Près de Longwy 54 à la frontière belgo-luxembourgeoise.

12 thoughts to “[FR] darktable 3.0 pour les nuls (4-5 modules)”

  1. C’est très intéressant comme tutoriel et je comprends un peu mieux le raisonnement derrière l’utilisation des modules et aussi pourquoi je galère parfois dans Darktable. On comprends en premier lieu que ce fameux module filmique ne permet pas tout seul de traiter une image et qu’il faut vraiment l’associer à d’autres modules complémentaires.
    Dans la plupart des logiciels que j’ai utilisés jusqu’ici, j’améliore petit à petit visuellement mon image en ajoutant des calques de réglages avec des masques.
    Ici on voit un premier réglage d’exposition assez radical qui semble détériorer et cramer complètement l’image, ensuite dans un deuxième temps le développeur utilise filmique pour rétablir une partie des informations que l’on pourrait croire avoir détruite dans le module précédent… Mais les modules semblent agir chacun sur le fichier raw original indépendamment les uns des autres et sans être destructeurs des informations contenues dans l’image.
    Est-ce que c’est j’ai bien compris et que c’est vraiment le cas pour tous les modules ?
    Si oui, cela change complétement mon paradigme et ma façon d’aborder la retouche dans ce logiciel !

  2. Merci pour cette vidéo qui explique parfaitement comment utiliser le logiciel.
    Aurelien, je pense qu’à chaque fois que tu développes un module ou ameliores une fonctionnalité tu devrais prendre un peu de temps pour faire ce type de “tuto”, cela t’éviterait bien des explications et justifications par la suite qui me semblent bien plus chronophages.
    Tu as, grâce à ton travail de grande qualité, fait en sorte qu’une image soit traitée en 4_5 modules c’est juste impressionnant mais tout le monde ne le comprend pas de prime abord car tu expliques à des titulaires du permis B comment on construit une formule 1 alors qu’ils veulent juste savoir piloter et si possible en automatique et en 2 minutes !
    Les consommateurs que nous sommes tous devenus ne veulent plus de blabla mais du résultat en passant directement à la pratique tout en éludant la théorie, je trouve ça un peu triste je te le concède volontiers.
    Je te rassure il y aura toujours des gens qui aimeront comprendre ce qu’il font mais il faut penser à tout le monde car le meilleur outil du monde ne servira que très peu si on a pas appris à l’utiliser simplement au plus grand nombre !
    Encore merci et bon courage pour la suite.

  3. Merci Aurélien pour ce tuto très instructif sur filmique et ses acolytes.
    Comme quoi ton résonnement en tant que développeur permet de mieux comprendre ta logique dans la conception de dt et des effets des différents modules entourant filmique.
    Sans vouloir être seulement un pousse curseur, j’aime comprendre le pourquoi du comment et je suivrai tes vidéos à venir.
    Je vais voir et revoir ce tuto pour bien l’assimiler et l’étendre à d’autre type de photo.

  4. Chers amis bonjour,
    Je me présente brièvement pour situer mon commentaire.
    Je suis un ancien photographe professionnel passé à la prise de vues cinématographique et à l’image animée en général. Maintenant retraité, je me suis remis à la photo et lorgne sur Darktable pour quitter Lightroom 6.14…
    Je voulais d’abord attirer l’attention sur des problèmes de vocabulaire dont les conséquences théoriques et pratiques me motivent ici. Vous employez le terme de luminance dans Filmique qui si je ne m’abuse est un module RVB. Dictionnaire en main, cet emploi dans le sens de luminosité est correcte sauf que plus loin vous l’opposé à chrominance. Or ce concept de chrominance est lui déjà pris en video. Les logiciels de traitement photo étant de plus en plus tenté de passer à 24 ou 25 voire 30 images par seconde, il est nécessaire de faire attention à garder entre video et photo le même langage.
    C’est la télévision en couleurs qui a introduit les concepts de luminance / chrominance. A l’époque, il fallait que les récepteurs N&B puisse fonctionner sur les émetteurs couleurs sans modification. Le signal RVB des caméras était donc (et est toujours) transformé en « composantes » c’est à dire :
    luminance et chrominance c’est à dire que la luminance Y = 0,299 de Rouge + 0,587 de Vert + 0,114 de Bleu.
    La chrominance est elle constituée de 2 composantes Δ de R et Δ de B par rapport à Y; le signal Vert étant largement contenu par la luminance Y.
    La video numérique encode en Luminance / Chrominance…
    Dans un module RVB comme Filmique, Luminance et Chrominances sont donc des mots à bannir.

    D’autre-part, je voulais profiter le l’occasion de parler au généreux développeur. Merci pour tout ce temps passé! La balance de blanc est un concept de trichromie; cette dernière étant la manière qu’a le système visuel humain de fabriquer des couleurs à partir d’une sélection dans 3 bandes de fréquences de la lumière (certains animaux sélectionnent dans 4 voire 5 bandes de fréquences!). La température de couleurs n’a rien à voir avec la trichromie; elle caractérise une source lumineuse continue (donc pas les fluo ni les LED, hé oui hélas) par rapport au spectre émis par le corps noir chauffé à une température donnée.
    Or, tous les logiciels que je connaît appellent température de couleurs une balance Jaune / Bleu qu’ils complètent par la fameuse balance Vert / Magenta pour tordre le cou à l’incapacité de cette balance Jaune / Bleu à faire le job.
    Moralité quand vous traitez une image de fin de journée voire couché de soleil, la pipette de la balance de blanc est de peu de secours pour garder le côté un peu chaud de l’image. Quant au curseur de température de couleurs, il amène à des ajustements cornéliens de la balance Vert / Magenta ( je rappelle au passage que le Magenta est un artéfact un « fait de l’art » une invention de la trichromie: un mélange de Rouge et de Bleu )
    Paul

    1. Dans un module RVB comme Filmique, Luminance et Chrominances sont donc des mots à bannir.

      Pas du tout. Dans filmique, la luminance est exactement le canal Y de l’espace XYZ, c’est à dire la sensation lumineuse physiologique, liée à un type de cellule photo-sensible de la rétine.

      La chrominance est la coordonnée sur le plan (xy) d’un graphe Yxy (espace dérivé du XYZ), correspondant à la position d’une couleur dans le domaine visible (lié au spectre lumineux).

      Donc chrominance et luminance ont parfaitement leur place dans filmique. Même en fonctionnant en RGB, la formule de luminance est Y et le mode de préservation de la chrominance vise bien à conserver (autant que possible) les coordonnées spectrales, donc la chrominance physiologique.

      Du reste, dans le codage cinéma YCbCr, Cb = Y – B et Cr = Y – R, donc on n’est pas dans une vraie chrominance (au sens du lien entre spectre et sensation colorée physiologique) mais un truc bricolé autour de ce concept comme base de découplage entre signaux (d’ailleurs, en anglais ils appellent ça chroma, et pas chrominance, si mes souvenirs sont bons).

      Quant à la température couleur, ça n’est pas juste une balance jaune/bleu, les 3 canaux sont affectés. Le simple fait de l’exprimer en kelvins implique qu’on suppose l’illuminant comme étant une émission de corps noir. La lumière du jour est raisonnablement proche d’une émission de corps noir, mais pour des lumières non blanches, effectivement ça ne peut pas marcher. Mais pour ça, on a d’autres algos (la transformée de Bradford), qui ne sont pas loin d’arriver dans darktable.

      1. Pour ce qui est de luminance et chrominance, cela est très embarrassant car cela veut dire qu’entre la video et la photo, ces mots n’ont pas le même sens . Or si un jour Darktable à l’instar des autre logiciels de traitement photo venait à traiter la video, la confusion serait fort gênante.

        Pour la température de couleurs, Darktable marque un point important par rapport à ce qui se fait ailleurs…

        1. La luminance et la chrominance sont définis par la Commission Internationale de l’Éclairage depuis 1931, date de publication de l’espace CIE XYZ, puis à nouveau en 1976, date de sortie du CIE Lab, et darktable suit ces définitions. Je ne sais pas ce que les vidéastes ont fichu, mais ce sont eux qui ont redéfini ces termes de façon unilatérale, bien après. Moi je bosse avec des définitions ISO et CIE, je ne suis pas responsable des bêtises qui sont faites ailleurs quand les gens réinterprètent les normes à leur sauce.

  5. Bonjour Aurélien,

    Merci beaucoup pour cet update sur le workflow basé sur Filmic RVB, qui m’a permis de saisir des changements de méthode assez notables par rapport aux vidéos que tu avais pu poster autour du 1er module Filmic.

    Quelques remarques/questions après visionnage :
    – Dématriçage : le 1er module filmic imposait sauf erreur de ma part d’utiliser le mode Amaze, et il semble qu’avec le nouveau Filmic RVB tu sois repassé en mode PPG (dans cet exemple en tout cas), qui a le mérite d’un traitement plus rapide. Tu nous confirmes qu’on peut sans difficulté remettre le mode PPG par défaut avec Filmic RVB ?
    – Exposition : avec le 1er module Filmic on utilisait le module Expo pour ramener les hautes et basses lumières sans réellement se soucier de l’exposition générale, qu’on récupérait ensuite via la réglette des gris moyens de Filmic. Ici, changement de paradigme en figeant le gris moyen à 18% dans Filmic : on règle les tons moyens dans le module exposition et on récupère les hautes/basses lumières dans Filmic (j’ai appris au passage à prendre plus en compte les alertes raw pour éviter de griser mes blancs)

    J’espère être dans le vrai, en tout cas je suis très satisfait du rendu sur mes premiers tests !
    J’ai pu retravailler certains réglages par défaut dans Filmic, Balance des couleurs et Contraste local pour travailler plus efficacement.

    Bonne journée

  6. Merci pour les tutos 3.0.

    Utilisateur de DT depuis quelques mois, je suis passé de la version 2.4.2 (en standard dans ma distrib Ubuntu) à la 3.0 et j’ai été d’abord perplexe devant les changements préconisés du workflow n’arrivant pas à grand chose.
    Après les tutos je me sens plus à l’aise notamment avec l’association filmique/egaliseur de tons, ayant compris que la gestion du masque était la clé pour l’égaliseur. J’avais pris l’habitude du module ombre et lumière qui est un peu radical.
    L’egaliseur evite les halos et préserve mieux l’image : chapeaux!

    Je voulais aussi commenter les notions de luminance et de chrominance que Paul a évoqué. En télévision, on parle de signaux au sens électrique, de luminance Y depuis la télé NB et de chrominance depuis ..allez, l’avènement de la télé couleur.
    pour Y = 0.3R + 0.59V + 0.11B (coefficient arondi) c’est pas du bricolage, on a normalisé les valeurs electriques (luminance RVB) de 0 à 1 en amplitude et on a calculé les coefficients suivant les longueurs d’onde RVB possibles d’un ecran en s’appuyant sur les coordonneés XYZ CIE pour un blanc D65. Pour dire qu’on parle de la même chose en photo et vidéo pour la luminance. L’étalonnage du moniteur photo est en D65…
    Bon, ces coefficients sont peut être obselètes avec les écrans actuels.
    Pour les signaux dit de chrominance, je ne pense pas qu’il y ait d’équivalence CIE, on parles plus d’information de chrominance. Si on joue néanmoins simultanément sur l’amplitude de ces 2 signaux on fait varier la saturation et si indépendamment la teinte varie. L’intérêt de cette représentation est qu’il permit de passer de la télé NB à la couleur en analogique, puis de réduire la bande passante en divisant par deux l’echantillonage des signaux de chrominance sans trop de méchanceté pour l’œil en numérique. Le JPEG largement utilisé en photo emploi cette représentation utile aussi pour la compression.
    Pour dire que le monde de la vidéo et de la photo sont proches, du RVB en entrée du RVB en sortie sur l’écran et c’est plutôt la photo numérique qui a pompé sur la video. Pour l’impression papier c’est autre chose…

    La grosse différence c’est qu’en photo on a les fichier RAW et DARKTABLE avec des bon développeurs! yes.

    Une question DT 3 pour qui veut répondre:
    Dans le workflow il est apparu dans le pipeline, des traitements qui, d’après ce que j’ai lu sur le forum existait déjà, mais n’était pas visibles dans les versions antérieures notamment gamma.
    Je pensais sûrement à tort que la courbe de base était vue sa forme une correction de linéarité dépendant de l’appareil photo ainsi qu’une correction de gamma.
    Comme ce module est déprécié, je me suis demandé du coup comment etait géré la correction de gamma dans DT ? est elle inclus dans les profils? notion que je ne maîtrise pas bien…

    Merci pour vos éventuelles réponses
    Bertrand

    1. Bonjour,
      Il y a justement un “module” gamma pour ça dans les modules activés (et non désactivables) par défaut pour l’affichage de l’image. Ce qui en effet était là déjà avant mais simplement rendu visible dans l’historique sur la version 3.0. Pour ce que fait la courbe de base, c’est remplacé par filmique en plus performant (une fois l’usage du module compris bien sûr).

      Toutes les infos sur l’essentiel des évolutions de darktable 3.0 (avec quelques astuces, conseils et origines de certaines évolutions) sur l’article suivant : https://linuxfr.org/news/darktable-3-0-une-version-plus-que-majeure

      1. Merci de la réponse,
        j’avais déjà parcouru cette doc mais je vais refaire une lecture pour mieux assimiler. Un autre article m’as un peu éclairé, cela concerne l’intention de passer tous les traitements en RVB linéaire. Le gamma ne serait donc à terme que pour l’affichage et donc sorti du pipeline principale de traitement linéaire comme il dépend du media cible. peut être?
        Bonne soirée.

Répondre à Coëllier Bertrand Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.