11 thoughts to “Darktable : Développement d’une image raw avec le module filmique”

  1. merci beaucoup pour ce cas pratique du developpement avec filmique; je commence à comprendre l’utilisation du module.
    j’ai 2 questions:
    tu fais des allers-retours entre filmique et le module exposition lorsqu’ apparaissent des zones sur ou sous exposées. Pourquoi ne pas se contenter de retoucher les curseurs des points noirs et blanc de filmique ?

    de façon plus generale qu’est ce que le module filmique apporte de plus, du point de vue photographique, par rapport aux outils classiques (exposition, ombre et hautes lumières…), ou dit autrement qu’est ce que filmique permet de faire qui serait tres difficile, ou trop long, à obtenir avec les outils classiques ?

    1. Bonjour

      1ère question :
      tu fais des allers-retours entre filmique et le module exposition lorsqu’ apparaissent des zones sur ou sous exposées. Pourquoi ne pas se contenter de retoucher les curseurs des points noirs et blanc de filmique ?
      Réponse:
      C’était mon côté perfectionniste. Effectivement tu peux retoucher en utilisant seulement les curseurs de noirs et de blancs du module filmique. Pas de soucis.

      2ème question
      De façon plus générale qu’est ce que le module filmique apporte de plus, du point de vue photographique, par rapport aux outils classiques (exposition, ombre et hautes lumières…), ou dit autrement qu’est ce que filmique permet de faire qui serait tres difficile, ou trop long, à obtenir avec les outils classiques ?
      réponse :
      Aurélien serait la bonne personne pour t’expliquer mathématiquement et colorimétriquement les avantages du module filmique. Comme je suis une quiche en math, je vais te donner simplement mon ressenti : Ce qui a été le plus dur pour moi, c’est de voir “blanchir” l’image avec le curseur des tons moyens. J’avais l’impression de ne pas correctement post-traiter mon image. En fait je n’ai pas compris tout de suite comment cela fonctionne. Dans un deuxième temps je me suis senti “prisonnier” dans mon développement de tout ces curseurs qui se règlent en fonction de leurs voisins dans un seul module. Là aussi, la résistance au changement …
      Concernant la fin de ta question, à part sûrement la recherche du gris moyen, le reste n’est ni difficile ni plus long qu’en développement “classique”. Je pense qu’on gagne du temps puisque une bonne partie des réglages de base sont concentrés dans le module filmique. Pour moi, l’unique difficulté c’est de prendre en main le premier curseur.

    2. dans la doc 2.6.1, p111, ils precisent que les expositions sont censées être ajustées automatiquement par filmique mais qu’on peut les affiner avec ce module en corrigeant les paramètres d’exposition de noir et de blanc

  2. Bonjour,
    Merci pour ce tuto, très clair et qui me permet de comprendre un peu mieux comment Filmique peut fonctionner, ce qui n’apparaît évident au premier abord.
    Je suis surpris des allers-retours dans les autres modules, étant donné que Filmique est censé tout “faire”. Peut-être lui manque-t-il la fonction Exposition, qui éviterait le va et vient, de même que celui concernant la saturation (que tu règles à 80%)

    Finalement même si le résultat apparaît convaincant, en tout cas plus que ce j’ai pu obtenir avec Filmique, ce me semble non pas compliqué à utiliser (après tes explications), mais fastidieux.

    Merci à toi et au développeur pour vos effort et l’un et à l’autre pour que DT fonctionne et puisse être utilisé

    André

    1. Bonjour

      Comme expliqué dans un commentaire précédent, règle simplement les blancs et les noirs avec le module filmique sans faire un détour par l’exposition comme je le fais dans la vidéo. Aurélien indiquait aussi que cela n’était pas nécessaire.
      Plus tard dans le développement, concernant des surex qui se manifestent après filmique par exemple, je pense que rien n’interdit un petit détour par la module exposition.
      Tu indique que cela te paraît fastidieux. En fait tu dois trouver ta façon de post-traiter. Cette vidéo est une aide à la compréhension du module filmique et d’un développement de base pour les débutants mais en aucun cas une obligation de suivre ma façon de faire.
      Revenir (inutilement apparemment) au module exposition après l’activation du module filmique satisfait mon petit côté “perfectionniste”, mais comme tu sais et je sais maintenant que c’est inutile, je vais faire disparaître ce petit ajustement de l’exposition de mon post-traitement.
      Comme le disait une personne dans un commentaire sur youtube, on est tous en apprentissage du module filmique.
      Ceci dit, j’ai quand même deux belles interrogations sur le post-traitement avec ce module filmique concernant une image low-key (voir le post traitement en fin de cette vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=Ba1Hiq3w3kc ) et une image high-key, peut-être plus facile à gérer.

  3. Bonjour, merci pour ce tuto avec une approche un peu différente de ce que je fais, à savoir:
    – En repartant de original, je commence par régler l’exposition générale de la photo pour que toutes les petites pétouilles rentrent dans l’histogramme;
    – Une fois filmlic activé, je prends le curseur des gris moyens pour centrer l’histogramme, et je joue ensuite sur les curseurs expo du noir et expo du blanc;
    – La ou j’ai appris quelque chose, c’est qu’après avoir préservé la chrominance, dans la balance des couleurs tu touches les deux saturations (entrée et sortie) alors que moi je ne touchais que la sortie, ce qui parfois ne me satisfaisait pas trop et je préférais faire l’inverse, c’est à dire ne pas préserver la chrominance et augmenter la saturation…. mais c’est périlleux et plus long.

    1. Bonjour mimi85
      Après avoir coché la préservation de la chrominance, j’indique que je règle à 80% les deux curseurs de la balance des couleurs et celui de filmique.

      Aurélien indiquait bien de ne régler que le curseur de sortie du module balance de couleurs à 80%. Chez moi en réglant seul ce curseur le résultat n’était pas encore très bon. Je n’aime pas trop le réglage de saturation du module filmique. Il faut le pousser loin pour qu’il réagisse et quant il le fait, l’image se tranforme assez vite en noir et blanc. Le 80% pour tout le monde est aussi empirique que facilement mémorisable pour des débutants ayant des capteurs différents aux rendus différents. En fait, la vraie solution se verra dans la version 2.6.1 avec les deux curseurs de saturation dans ce module filmique.

  4. Merci, c’est très intéressant.
    Un clic droit sur une ligne, saturation par exemple, ouvre une nouvelle fenêtre permettant, entre autre, d’entrer une valeur numérique précise. Parfois plus facile que de tâtonner avec le curseur.

  5. Merci Philippe pour ce super tuto. Tu m’as convaincu sur lordre de priorité dans l’application des modules (rgb d’abord, Lab ensuite). Comment puis je vaire pour les distinguer? Je nai pas trouve cette information dans la documentation. Merci encore

  6. Merci pour le tuto. Petite remarque par rapport à la plage de valeur luminance du gris moyen. J’ai compris dans la vidéo entre 6 et 18%. Dans la nouvelle documentation 2.6.1 c’est plus précis et dépend de l’environnement: entre 15 et 18% en studio et intérieur, entre 1,25 et 9% en plage dynamique élevée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.