De Lightroom à darktable 01 – Importation et tri

OuiOuiPhoto poursuit son test pour passer de Lightroom à darktable. Voici sa première vidéo (après celle d’introduction présentée précédemment) consacrée à l’importation et au tri des photos dans darktable.

Bon visionnage !

15 réflexions sur « De Lightroom à darktable 01 – Importation et tri »

  1. Bonjour !!!!
    Merci pour ta vidéo.
    Pour ton info, petite particularité notamment avec le marquage couleurs : sur LR on ne peut attribuer qu’une seule couleur à une photo, mais sur DT on peut en mettre plusieurs, ce qui peut être intéressant en fonction de notre mode de classement quand on se sert de ce mode de tri.
    Par exemple :
    . en bleu pour celles qui feront partie du best-of d’une série
    . en rouge pour celles qui, au sein de ce best-of, pourraient être imprimées

    Bien à toi
    Je crois que nous découvrons en parallèle, c’est amusant 😉

    Joëlle

      1. Oui, mieux que la précédente. Ce qui me gêne ce sont les multiples “on verra cela lorsque l’on passera à Photoshop”???? Je pensais que c’était Lr vs dt, en fait pour le moment les fonctionnalités présentes uniquement dans dt et qui détrône Lr (et de loin) on les zappes… Stratégies étranges.

  2. merci du tuto…

    sinon une information pour estimer la netteté , on a la toucheZ pour agrandir… Pour avoir des reperes des zones nettes on fait ctrl-Z et ca affiche des rectangles bleus pour bonne netteté et rouge pour une netteté moins bonne.

    pour repérer les visages, sauf erreur on a un script lua qui permet de le faire… mais je pense fort que ca va pas bien marcher. Et j’apprecie mes libertés…

    1. > Et j’apprecie mes libertés…
      Quel rapport avec les libertés ?
      Je taggue les visages de mes photos mais je ne les partage pas sur Facebook (et consort). Quelles libertés ai-je perdu ?

      1. je parle de la reconnaissance automatique des visages. Comment on peut faire sans analyser les visages d’un maximum de personnes dans le monde. Si on doit modeliser par exemple une foret.. ca pose pas de probleme que de modéliser des arbres. Si dejà on modélise un humain ! et je peux me mettre dans une position ou le soft aura beaucoup de mal. genre un ado complètement tordu en pensant “zut, les cours reviennent lundi”.

        si on fait la distinction entre homme et femme et là attention à pas considérer macron comme femme. Y a eu le probleme sur un moteur de recherche. on tapait un texte genre “bon a rien” et ca listait “chomeur”.

        si on modelise les races d’humains. et des appareils indiquent la position de la photo automatiquement et pour moi prendre une personne en photo j’ai pas toujours l’autorisation, et alors si en plus dans un logiciel ca afficne “personne agée noire et au café “aux jolies filles”. ambiance

        j’ai du programmer un truc pour déclarer les revenus des parkings en vue d’un controle fiscal systematique. alors on a tres mal programmé la fonction en oubliant les abonnés qui payaient au mois ainsi que ceux bénéfiant de réduction sur frequentation réguliere. on a calculé pour avoir la somme multipliée par 4 .

        si je parle de libertés, c’est si un jour le programme se fait.

        y a eu des discussions suite à une pub commerciale sur le sujet de modéliser les gens.

        j’ai testé des détourages automatiques et c’etait loin d’etre si facile. Sauf erreur la fonction était sur photoshop 5.

        1. Je n’ai pas l’impression qu’on parle de la même chose. Il ne s’agit pas de modéliser les humains pour reconnaître un noir ou une femme. Je n’ai pas regardé le script LUA à l’origine de la discussion mais j’imagine mal qu’il s’agisse d’autre chose que de reconnaître un visage parmi des visages figurant dans une base de données LOCALE qui s’enrichit au fur et à mesure des photos analysées. Typiquement ce que faisait Picasa ou ce que fait (un peu moins bien mais ça va progresser) Digikam. On ne parle pas ici de ce que fait Google Photos ou autre Facebook, là c’est une autre histoire.

          1. Effectivement là ça part en vrille par méconnaissance complète. Comment marche le script Lua:

            – pas de connexion internet
            – tu places des images des personnes que tu veux tagger (des photos que tu as donc et dont tu connais les nom)
            – les images des personnes que tu connais sont nommer avec le tag que tu veux appliquer dans darktable
            – tu lances le script Lua sur une sélection d’image
            – le script (localement uniquement) analyse l’image, détecte les visages et les compare aux image locales
            – pour les correspondances trouvés le mot clé (nom de l’image) correspondant est appliqué à l’image

            Rien de bien méchant, c’est ce que tu ferais en regardant tes images et en appliquant manuellement les mots clés, mais c’est plus rapide… avec un pourcentage d’erreur cependant.

            Donc pas de panique et avant de faire des tirades métaphysique le mieux c’est de se renseigner parce que cela oblige un message comme le mien pour éviter de laisser passer des contres vérités!

  3. Le script Lua en question est 100% local et n’utilise pas de service Internet. Donc c’est plus rapide que de placer un tag de nom soit même sur le photo mais ça ne change en rien pour les libertés.

    Sinon je trouve le passage sur les collections un peu confus. Pour créer des collections on peut déplacer des images dans des répertoires différents (collection = répertoire dans dt), et le filtre de collection est (comme dit dans la vidéo) plus comme une collection dynamique de Lr.

    1. > Pour créer des collections on peut déplacer des images dans des répertoires différents (collection = répertoire dans dt).

      Peu importe le nom (collection, album, etc…), un besoin fonctionnel n’est pas satisfait : celui de gérer des sous-ensembles statiques pouvant avoir une intersection non nulle et qui n’interfère pas avec ma méthode de rangement des fichiers (en l’occurrence une arborescence année/mois).

      Ceci dit, étant donné le peu de champs IPTC-XMP pris en compte par Darktable (c’est une grosse différence avec LR), je gère ça en dehors et directement sur les jpeg exportés ou natifs. Darktable ne me servant “que” pour développer les raw. Les filtres sont cependant une aide précieuse, notamment pour moi celui indiquant si un raw a déjà été exporté ou non.

      En tous cas, bravo (et merci) pour ce remarquable logiciel !

      1. Il me semble que Pascal Obry se trompe en disant que “collection = répertoire dans dt”. C’est la “pellicule” qui correspond au répertoire (ou plus exactement à l’ensemble des images d’un même import). La collection est le résultat (dynamique) d’un ensemble de filtres (qui peuvent éventuellement inclure des pellicules particulières mais pas nécessairement).

        1. Effectivement 🙂 Et ce n’est pas la première fois que je fais cette erreur.

          Tu as raison : “pellicule” = “répertoire” dans darkatble.

          Mais les collections correspondent aux collection dynamiques ou statiques.

          Elles sont dynamique lorsqu’elles utilisent des données EXIF d’image par exemple. La collection est alors enrichies automatiquement/dynamiquement lors d’import de nouvelles images.

          Elles sont statiques lorsqu’elles utilisent des mots clés utilisateur (par exemple l’ajout d’un tag collection| sur une image) ce qui correspond à l’ajoute de cette image dans la collection correspondante.

          Je pense donc que les différents modes de collections sont couvert par darktable. C’est différent dans l’approche mais cela donne le même niveau fonctionnel.

          1. > Elles sont statiques lorsqu’elles utilisent des mots clés utilisateur (par exemple l’ajout d’un tag collection| sur une image) ce qui correspond à l’ajoute de cette image dans la collection correspondante.

            C’est effectivement un solution astucieuse pour créer une collection statique (et portable d’un logiciel à l’autre qui plus est). Merci de me la rappeler !

            Néanmoins, tant que DT ne gérera pas plus de tag XMP (comme LR notamment), j’utiliserai un autre logiciel (Digikam, XnViewMP ou un outil maison basé sur Exiftool) pour ce qui est des fonctions “DAM”.

            PS. Une pellicule n’est pas strictement un répertoire. Une pellicule correspond à l’ensemble des photos importés lors d’un même import. Si tu importes seulement quelques photos d’un répertoire, cela va créer une pellicule ne contenant que ces quelques photos. Mais je pinaille !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.